Mouches et larves de mouches

Parmi les différentes espèces de mouches que nous trouvons dans la nature, la plus commune et la plus dangereuse est la mouche domestique (Musca domestica), qui se trouve principalement dans les zones d’élevage, les bâtiments de ferme et les habitations.

Image Générique nuisible

La forte concentration en bétail dans les fermes et la quantité conséquente d’excréments qu’il produit créent des conditions de reproduction et de développement idéales pour Musca domestica.
Les mouches domestiques sont une nuisance constante pour les animaux et peuvent entraîner des pertes économiques liées à l’inconfort des animaux : baisse de la production de viande, de lait et d’œufs, transmission de microorganismes pathogènes…
Bien que cette espèce de mouche ne pique pas, le contrôle de Musca domestica est vital pour la santé humaine  et le confort dans de nombreuses régions du monde.
Les plus importants dommages causés par cet insecte sont indirects, produits par la transmission d’agents pathogènes (virus, bactéries, champignons, protozoaires et nématodes) associés à cette mouche.
Les organismes pathogènes sont collectés par les mouches sur les déchets, eaux usées et autres substrats insalubres, puis transférés sur leurs pièces buccales, par leurs régurgitations et fèces, et contaminent par les parties extérieures de leur organisme l’alimentation humaine et animale.
En l’absence de certains équipements sanitaires, de graves problèmes de santé peuvent se développer, surtout à proximité de marchés alimentaires en plein air, d’hôpitaux ou d’abattoirs.


Cycle de développement 

Le cycle de reproduction de la mouche peut varier entre 8 jours et 6 semaines, en fonction de la température et de l’humidité. Plus il fait chaud et humide, plus le cycle est rapide. Les mouches passent ainsi par quatre stades de développement : ponte, larve (asticot), pupe, mouche adulte.

Image Detail Nuisible

Dangers sanitaires

Parmi les agents pathogènes généralement transmis par les mouches domestiques, comptent Salmonella, Shigella, Campylo-bacter, Escherichia, Enterococcus, Chlamydia et beaucoup d’autres agents pathogènes graves.
Les mouches domestiques sont le plus souvent liées à des épidémies de diarrhée et de dysenterie bacillaire, mais sont également impliquées dans la transmission d’intoxications alimentaires, de la fièvre typhoïde, de la dysenterie, de la tuberculose, de l’anthrax, de l’ophtalmie et de vers parasites.